Blog we move

Les prémices de l’école numérique en Indonésie

1

Interview avec Emmanuel Yayasan, de la fondation Emmnanuel (Indonésie)

J’ai commencé le bénévolat auprès d’orphelins à l’âge de 15 ans, quand je vivais ici, à Jakarta, dans le cadre de mon baccalauréat international. J’ai décroché une bourse aux États-Unis, où j’ai terminé mes études universitaires. Après beaucoup de réflexion, j’ai décidé de laisser tomber ma bourse pour réaliser un doctorat aux États-Unis. Il fallait que je rentre en Indonésie pour aider les orphelins et les enfants des rues. 

À 20 ans, j’ai donc créé ma fondation et un orphelinat. Au début, ce n’était pas facile, j’étais vraiment seul. Heureusement, assez rapidement, les gens ont vu que la fondation tournait et portait ses fruits. Des sponsors ont commencé à se manifester et le nombre d’enfants accompagnés a augmenté, jusqu’à atteindre les 2000. 

Nous avons un programme pour former les enseignants, qui n’ont pas de mise à niveau après l’université. Les élèves ne peuvent pas poser de questions, c’est encore rudimentaire. Il faut donc leur donner les moyens de s’adapter aux avancées pédagogiques.

Les écoles ont fermé du jour au lendemain. Nous avons aussi perdu beaucoup de sponsors, ce qui nous a conduits à mettre certains projets en pause. Pour faire face à la situation, nous avons créé deux programmes. Le premier concerne l’école à la maison. 

En Indonésie, il n’y a pas d’électronique dans les écoles. Ni les enfants ni les enseignants n’ont d’expérience dans le maniement des appareils numériques. Au début de la pandémie, c’était donc “l’école WhatsApp” : l’enseignant prenait une photo d’un document et l’envoyait sur le téléphone des élèves ou des familles qui en possédaient un. Ça a fonctionné pendant quelques semaines, pas sur la durée. 

Nous avons donc développé des partenariats et des investissements pour équiper des classes en tablettes. Cette année, nous arrivons presque à 1000 appareils. Mais il nous fallait aussi les softwares pour les faire tourner, la connexion Internet pour permettre de les utiliser, et la formation pour expliquer aux utilisateurs comment se servir de ces nouveaux outils. Sans oublier l’aspect le plus important, à savoir répondre à la question « comment enseigner avec la technologie ? »

C’est comme ça qu’on est entré dans le monde de la MDM, essentielle pour mettre en sécurité les tablettes et l’enseignement des enfants. C’est là aussi que je suis entré en contact avec idruide, après avoir cherché de nombreuses solutions de gestion de parc numérique. 

Arnaud Planque, commercial chez idruide, et moi, sommes entrés en contact l’an dernier. Il a parlé de mon projet à la direction, qui a eu l’oreille bienveillante. Depuis, je suis aussi en contact avec l’équipe des opérations. Il y a vraiment un côté humain très appréciable. 

Nous commençons donc à déployer la solution MDM idruide sur une partie de nos tablettes et progressivement, nous équiperons probablement l’ensemble de notre parc numérique

Pour commencer, nous avons choisi deux écoles avec qui nous avions déjà travaillé. Nous savions donc que ça allait bien se passer. Dans ces cas “tests”, nous avons donné une tablette à pratiquement tous les élèves et tous les enseignants. 

Au cours de la deuxième phase, le gouvernement a demandé que nous soutenions davantage d’écoles via leur base de données. Comme nous arrivons aux 1000 tablettes, nous nous arrêtons là pour l’instant. Nous souhaitons privilégier la qualité sur la quantité. Voir si elles sont bien utilisées, si les tablettes remplissent leur rôle pédagogique

Pour le moment, les écoles se situent principalement à Jakarta, où il s’agit d’écoles publiques. Mais nous en avons aussi dans la province de Java Ouest, dans un contexte plus rural, plus défavorisé. Là, ce sont des écoles privées, qui coûtent de 3 à 5 dollars par mois, ce qui représente une fortune pour les parents. C’est là par exemple que le partenariat avec idruide est très appréciable, puisqu’une MDM revient en moyenne à ce prix, ce qui la rend de facto impossible à déployer sans coup de pouce.

Tout le monde s’accorde sur le fait que le numérique éducatif est positif. L’enseignement se fait plus ludique, les enfants réagissent bien. Avec la MDM, nous suivons de près l’utilisation du matériel. Grâce à cet outil de gestion, nous avons des rapports quotidiens. Quand nous repérons un problème, nous nous rendons sur place pour débloquer la situation.

On espère que nos projets vont inspirer le gouvernement, qu’il puisse s’en servir comme exemple pour le développer plus largement dans le pays. Nous sommes déjà en relation avec le département de l’éducation, qui réagit positivement à notre action. Nous espérons donc un effet boule de neige. Ça commence bien, puisque les projets déployés dans les deux écoles « tests » de l’an dernier doivent s’exporter dans 8 nouvelles provinces !

Partager cet article
Un article de idruide publié le 25 Juin 2021
Remerciements & Crédits Remerciements à Emmanuel Yayasan et sa fondation pour leur interview et leurs images.
La suite idruide Education permet
d’administrer, d’animer et de valoriser
vos parcs d’appareils mobiles

Faites bouger
les choses, rejoignez
la communauté We Move

Suivez l’actualité, recevez des invitations aux événements et aux versions bêta, participez à l’évolution des produits, accédez à notre veille technologique et à nos ressources documentaires…

Veuillez entrer une adresse email valide