Blog we move

Les territoires numériques éducatifs (TNE)

3

Le projet des territoires numériques éducatifs a vu le jour à la rentrée 2020. L’expérimentation s’est tout d’abord cantonnée à deux départements, l’Aisne et le Val d’Oise. Le ministère de l’Éducation nationale a souhaité tester un déploiement d’équipements numériques, de contenus pédagogiques et des formations des professeurs et des familles à grande échelle. 

Ce programme a pour but de contribuer à la transformation du système éducatif français afin de répondre aux enjeux du XXIème siècle. Plusieurs organisations sont partenaires du projet, notamment le réseau Canopé ou encore la Caisse des dépôts. Près de 27 millions d’euros, issus du programme d’investissements d’avenir (PIA), y sont consacrés. 

Au printemps 2021, la liste des départements concernés s’est agrandie, portant leur nombre à douze territoires. Les Bouches-du-Rhône, le Cher, la Corse-du-Sud, le Doubs, le Finistère, la Guadeloupe, l’Hérault, l’Isère, la Vienne et les Vosges viennent rejoindre l’Aisne et le Val d’Oise. 

La crise sanitaire a révélé la nécessité de disposer d’outils numériques et d’une formation adéquate pour assurer la continuité pédagogique en cas de rupture des enseignements en présentiel. 

En effet, grâce aux différents éléments de la classe mobile nouvelle génération, les enseignants ont pu assurer leurs cours à distance. Toutefois, dans certaines régions, la continuité pédagogique a été entravée par la fracture numérique

Le premier confinement a souligné les inégalités entre élèves, entre familles, et parfois même entre professeurs, en fonction de leur degré d’appropriation et d’accès au numérique. 

À partir de ce constat, le projet des territoires numériques éducatifs s’est donc fixé plusieurs objectifs. Parmi eux, la nécessité de répondre aux impératifs de la continuité pédagogique et la réduction de la fracture numérique. Sans oublier l’augmentation des moyens mis à disposition de l’éducation et de ses acteurs pour innover et transformer les usages pédagogiques. 

L’ambition consiste à actionner de manière concertée l’ensemble des leviers de l’éducation au et par le numérique. Cela passe par la mise à disposition d’équipements, mais aussi d’un accompagnement, de formations adaptées et de ressources pédagogiques.

Les départements de l’Aisne (académie d’Amiens) et du Val-d’Oise (académie de Versailles) ont été choisis comme projets pilotes des territoires numériques éducatifs en raison de leurs caractéristiques sociales et scolaires. 

Dans l’Aisne, le poids de l’éducation prioritaire est important, y compris en milieu rural. Dans le Val-d’Oise, la diversité territoriale est un atout. La forte urbanité et les contrastes sociaux à l’Est et au Sud-Est du département, les nombreux quartiers prioritaires en ville, la ruralité à l’Ouest et la hausse du gradient d’éloignement des collèges ont joué en faveur du département. 

De plus, dans l’un comme dans l’autre des départements choisis comme projets pilotes des territoires numériques éducatifs, des dynamiques ont déjà été engagées en faveur du numérique, tant de la part des collectivités que de celle de l’État. 

Le caractère expérimental du dispositif TNE doit permettre d’en mesurer la plus-value, en particulier en matière d’hybridation des pratiques pédagogiques. Il s’agit donc pour l’État d’en estimer les forces et les faiblesses pour envisager les conditions d’un éventuel déploiement national. 

Après cette première phase aux retombées positives, il a été décidé d’étendre l’expérimentation des territoires numériques éducatifs à dix autres départements. 

Les territoires numériques éducatifs reposent sur huit mesures coordonnées, en faveur de l’enseignement public et de l’enseignement privé sous contrat.

  • former tous les professeurs à l’hybridation de l’enseignement et des apprentissages,
  • former les parents volontaires aux enjeux du numérique éducatif,
  • mettre à disposition des professeurs un bouquet de services et de ressources en ligne via une plateforme,
  • assurer un socle minimal d’équipement numérique pour les écoles élémentaires, 
  • équiper chaque classe (premier et second degrés) d’un kit d’enseignement hybride, 
  • permettre l’équipement des élèves des classes élémentaires en état de fracture numérique sous forme de prêt,
  • équiper les nouveaux professeurs du premier et du second degré, 
  • évaluer le dispositif, en en mesurant la pertinence et l’efficience. 

Pour réussir sa transition numérique, il est en effet essentiel de prendre en compte l’écosystème complet de la pédagogie numérique, ce que le projet TNE a bien intégré. 

Au-delà de l’aspect matériel, celui-ci concerne les logiciels qui donnent vie aux appareils, comme les solutions de gestion de classe, opérationnelles en présentiel comme en distanciel, ou encore les outils de filtrage web. Ceux-ci doivent garantir la protection des élèves lorsqu’ils naviguent sur Internet, afin de leur éviter d’accéder à des contenus inappropriés

La formation est tout aussi essentielle, pour garantir la prise en main des appareils et de leurs solutions par les utilisateurs. Pour chaque projet, chaque partenaire, les équipes d’idruide assurent un suivi jusqu’à la réussite pérenne de la transition numérique

 

Partager cet article
Un article de idruide publié le 21 Mai 2021
La suite idruide Education permet
d’administrer, d’animer et de valoriser
vos parcs d’appareils mobiles

Faites bouger
les choses, rejoignez
la communauté We Move

Suivez l’actualité, recevez des invitations aux événements et aux versions bêta, participez à l’évolution des produits, accédez à notre veille technologique et à nos ressources documentaires…

Veuillez entrer une adresse email valide