Blog we move

Où en est le plan de relance du socle numérique SNEE ?

En début d’année, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un plan de relance pour faire face à la crise liée à la Covid 19. Une enveloppe de 105 M€ a été allouée au numérique éducatif. Elle vise à faire passer les écoles élémentaires à l’heure de la mobilité numérique, pour assurer la continuité pédagogique en toutes circonstances, y compris en cas de fermetures d’écoles. 

Depuis la loi Peillon de 2013, les villes sont compétentes en matière d’équipement numérique des écoles. L’État est quant à lui compétent en matière de formation des enseignants aux usages du numérique. 

Pour bénéficier de cette aide, les collectivités locales, en partenariat avec les équipes pédagogiques des académies, devaient répondre à un appel à projet. Le taux de co-financement montait à 70 % pour les dépenses engagées jusqu’à 200.000 euros, puis 50 % pour les dépenses entre 200.000 et 1 million d’euros.

Lors de l’université d’été Ludovia, grand rendez-vous du numérique éducatif qui s’est tenu à Ax-les-Thermes, fin août, Patrick Arceluz, inspecteur de l’Éducation nationale et chef de bureau au Ministère, a fait le point sur le SNEE. 

Il a notamment affirmé « qu’il y a eu un fort engagement des collectivités territoriales ». En effet, selon les chiffres du Ministère, il y a eu plus de 165 M€ de demandes, pour une enveloppe de 105 M€.

Pour faire face à cela, Patrick Arceluz a déclaré que « le Ministère a fait le choix de diviser les dossiers en plusieurs vagues ». Ainsi, pour la première vague, le choix a été de contenter le maximum d’écoles, donc de placer en priorité les projets qui ont moins de 40.000 euros de budget. 

Les métropoles sont donc placées dans la seconde vague. Pour celle-ci, toujours selon les propos tenus par les représentants du Ministère de l’Éducation nationale, ce seront notamment les recteurs qui seront chargés d’identifier les établissements qui en ont le plus besoin. Le choix se fera en fonction du matériel et des ressources déjà présentes dans les établissements. Les moins bien dotés seront donc prioritaires.

Le calendrier du SNEE

26 avril 2021
7.182 dossiers reçus
8.205 communes
15.461 écoles

Vague 1 : 28 mai 2021
6.323 dossiers retenus (88%)
76 M€ de subventions débloquées
127 M€ d’investissements prévus 

Vague 2
Pour la rentrée 2021

Septembre à décembre 2021
Lancement des projets 

Face au succès de cet appel à projets et à la prise de conscience de l’importance capitale du numérique à l’école, le Ministère a refondu l’une de ses interfaces pour rendre encore plus accessibles les informations nécessaires sur le numérique, « booster les territoires et donner plus envie aux gens intéressés », selon M.Arceluz.

Une nouvelle charte du numérique va aussi voir le jour pour l’école primaire. Celle-ci est encore en attente de validation finale, mais les grandes lignes ont été dévoilées à Ludovia. 

Elle aura notamment pour but de remettre au premier plan les droits des utilisateurs (vie privée, liberté d’opinion/expression, propriété intellectuelle, etc.), la sécurité (égalité homme/femme, respect, données, etc.), et de rappeler les principales missions du numérique (nouvelles ressources pédagogiques, etc.).

Cette nouvelle charte reprend des grandes lignes de celles existantes, mais avec un véritable positionnement pour le 1er degré.

Selon Patrick Arceluz : « la grande nouveauté de cet AAP SNEE, c’est le volet formation/accompagnement. Au niveau du ministère, il fallait donc un outil de diagnostic pour mesurer l’impact de ce plan et faire remonter des informations pour le faire évoluer, pour nous adapter en fonction des besoins, des retours, etc. ».

D’après les représentants du Ministère présents à Ludovia, ce seront notamment les eRUN qui seront chargés de faire le lien entre les usages et le matériel et de remonter ainsi des informations. 

« Il y a un lien entre le SNEE et le TNE (territoires numériques éducatifs, N.D.L.R) », précise Patrick Arceluz. « Les deux s’inscrivent dans la stratégie globale d’accélération de la transition numérique. Certaines écoles qui bénéficiaient déjà du TNE ont été retirées de l’éligibilité au SNEE, pour ne pas faire de doublon au niveau des aides financières. »

Pour Germain Jolibert, secrétaire général d’une association d’élus de l’Ariège, le taux de financement du SNEE était très intéressant pour les collectivités, car bien plus élevé que les précédentes aides. « Ce plan ne concerne pas que le matériel mais bien tout l’écosystème du numérique éducatif, c’est un grand plus », affirme-t-il. 

« Il y a aussi un aspect sociétal, avec des projets qui s’inscrivent dans les territoires. L’arrivée du numérique à l’école entraîne le développement d’une zone géographique. Cela rend la zone plus attractive, par effet boule de neige. Le SNEE est un outil qui s’inscrit dans un projet d’école, qui s’inscrit lui-même dans un projet territorial », explique encore Germain Jolibert.

Partager cet article
Un article de idruide publié le 07 Sept. 2021
La suite idruide Education permet
d’administrer, d’animer et de valoriser
vos parcs d’appareils mobiles

Faites bouger
les choses, rejoignez
la communauté We Move

Suivez l’actualité, recevez des invitations aux événements et aux versions bêta, participez à l’évolution des produits, accédez à notre veille technologique et à nos ressources documentaires…

Veuillez entrer une adresse email valide